Fermer

Le blog

L’UX design – Un partage d’expériences

Bonnes pratiques, le 27/11/2018

UX designer

Tout le monde parle de l’expérience. Le métier de l’UX design est de la rendre facile, pratique au service de l’utilisateur et efficace quant à l’usage de la plateforme.

Valéry, notre UX designer partage ses expériences du CRM aux objets connectés, en passant par le digital Learning.

Ça veut dire quoi au juste UX designer ?

Pour faire simple, un UX designer est un professionnel qui cherche à améliorer l’Expérience vécue par un Utilisateur sur un produit ou un service.

C’est un job qui existe depuis quand ?

Le terme UX a été introduit la première fois par Donald Norman en 1988 dans son ouvrage « the design of everyday things ». On peut donc déduire que le métier tel qu’intitulé aujourd’hui s’est popularisé depuis ce  moment, même si les prémices de la méthode existaient depuis bien avant.

Est-ce qu’il faut une formation spécifique ?

C’est mieux évidemment. C’est un champ très pluridisciplinaire, il y a donc beaucoup de voies possibles pour arriver à ce métier. Il y a des formations universitaires en design, psychologie, sociologie, ingénierie cognitique… Les formations spécifiques à l’UX sont très récentes, sûrement dues à la popularité de ce mot clé sur le marché du travail. Ensuite il y a les formations professionnelles certifiantes qui proposent avant tout une sensibilisation à la démarche.

Est-ce qu’il faut avoir « du goût » pour être UX designer ?

Non ! il faut d’abord être empathique. L’UX designer n’est pas un auteur qui amène sa vision, il s’intéresse avant tout à l’utilisateur.
Ensuite, en plus d’être empathique, il est bon d’être méthodique et de savoir se remettre en question.

Quelle est ta définition de l’ergonomie ?

L’ergonomie ressemble en certains points à l’UX design (on les confond d’ailleurs à tort ou à raison). La différence réside dans ses origines liées à l’application des outils et contextes professionnels.
Le but de l’ergonomie était alors d’améliorer des qualités rationnelles telle que l’utilisabilité, le confort, la sécurité…
L’UX design est plus global et s’intéresse par exemple à des critères plus larges comme l’émotion vécue par l’utilisateur.

Au quotidien, qu’est-ce que tu fais ?

Je conçois essentiellement des produits digitaux pour des clients – directs, ou -indirects, par l’intermédiaire d’agence UX : sites web responsive, applications desktop, tablette et mobile.

Comment travailles-tu avec tes clients ?

Main dans la main, j’applique l’UX design dans mon relationnel avec le client en cherchant à connaître son besoin comme si c’était un utilisateur. On construit ensemble une démarche pour arriver à répondre à son besoin.
Ce que j’aime avant tout, c’est travailler en équipe, par exemple en binôme avec un autre UX designer. Le but n’est pas que je fasse toute la démarche moi-même mais de m’appuyer sur d’autres personnes qui auront une meilleure expertise sur un sujet précis. J’accorde beaucoup d’importance à la possibilité de collaborer avec des pairs pour constamment faire évoluer ma pratique.

CRM, ERP, E-Commerce, Learning, les projets se ressemblent-ils ?

C’est pareil dans la démarche pour améliorer l’expérience utilisateur. Mais très différent dans les contextes et stratégies d’usages.
Par exemple : sur un CRM ou ERP on va peut-être s’intéresser à réduire la charge mentale d’un outil en mettant en avant les fonctionnalités et informations vraiment utiles, ce qui favorisera un usage prolongé et quotidien de l’outil. Alors que sur un site e-commerce, on cherchera peut-être à proposer des éléments forts de rassurance pour un consommateur qui souhaite avant tout la meilleure qualité d’un produit avec une garantie de livraison sans encombre. Côté digital Learning, XPERTEAM me demande souvent de travailler sur l’engagement de l’apprenant, avec par exemple l’introduction d’éléments ludiques, un espace important réservé aux visuels, une scénarisation dynamique des parcours.

Le(s) projet(s) dont tu es le plus fier ?

Pas vraiment Learning…Une borne connectée dans une salle de sport. Car je suis féru de sport et j’aime mon métier. J’étais donc très fier de travailler sur un projet qui mélange ces deux domaines. De plus j’ai pu rencontrer les utilisateurs en contexte réel dans la salle, ce qui m’a permis de faire un projet de qualité.

Quelles sont selon toi, les meilleurs exemples d’UX ergonomie ?

Les produits Apple (exemple facile :-), car ils ont opéré une transformation sur nos usages quotidiens avec une culture très forte du design qui est placé au même niveau que la technologie (ce qui est très naturel dans les pays anglo-saxons et pas du tout en France)
Airbnb, qui a percé grâce à son approche centrée utilisateur. La société a découvert lors d’un design sprint qu’il fallait rassurer les utilisateurs sur le logement à louer. La photo était un moyen stratégique d’y répondre. C’est de là qu’Airbnb propose des photographes professionnels aux hôtes afin de valoriser leur logement.
Et pour citer du made in France, Trainline. J’aime l’efficacité et la simplicité de l’interface spécialement pensée pour l’utilisateur qui veut juste réserver un billet de train sans être pollué par les incitations de consommation des à-côtés.

Si on te donnait carte blanche, ça donnerait quoi ?

Le rêve ! Carte blanche signifierait de pouvoir mettre en place systématiquement une démarche complète sur chaque projet. C’est à dire rencontrer l’utilisateur au démarrage, animer différentes séances d’idéation de co-conception selon les phases du projet avant de réfléchir à quoi ressemblera l’interface finale au pixel près.
Dans la pratique, ce n’est pas si souvent le cas, le terme UX n’étant pas toujours compris. Souvent, les demandes se focalisent sur l’interface finale, sans rencontre de l’utilisateur.  Et même lorsque la démarche est comprise, il y a toujours des freins budgétaires pour appliquer ces méthodes…
L’évangélisation de l’UX design reste une partie forte de mon travail.

Comment te mets-tu dans la peau d’un « User » ?

Le mieux c’est de le rencontrer, de l’observer dans son activité, d’échanger pour apprendre à mieux le connaître.
Pour se mettre dans la peau du user, j’applique les méthodes classiques acquises dans mon parcours professionnel : observation, interview, test utilisateurs. Évidemment tout ça se prépare à l’avance et nécessite un savoir être rigoureux lors de la rencontre de l’utilisateur pour ne pas biaiser son comportement.

Avec quels outils travailles-tu ?

Pour la phase de rencontre avec l’utilisateur, toute la gamme de bureautique Google pour mettre en forme les questionnaires, protocoles et présentation des résultats. Mais aussi des outils de captation audio et vidéo. Pour les phases de co-conception : papier, crayon, post-it pour poser les idées – Sketch ou Figma pour créer des maquettes interactives noir et blanc ou avec le design graphique. Ensuite pour les éléments de livraison finaux, il y a Invision ou Zeplin pour la présentation des écrans et les spécifications graphiques à implémenter.

Une fois livré ton projet, quelles sont les étapes suivantes côté client ?

Les clients récupèrent mes livrables de spécification UX et UI pour développer leur produit.  Ensuite, il peut y avoir du suivi et de l’itération. Le suivi des projets digital Learning avec XPERTEAM se fait essentiellement en ligne, en présence des équipes techniques et métier. Il est préférable de bien penser tous les ajustements nécessaires avant l’intégration html…car toutes les modifications proposées ne sont pas forcément intégrables, techniquement parlant.

Pour conclure : les indicateurs d’un UX design réussi ?

Les retours positifs sur les tests utilisateur, si on s’intéresse à la dimension UX.  Dans la peau d’une marque on se positionnera plus sur des indicateurs financiers, de trafic web, etc… Mais, des bons retours utilisateurs présagent souvent du positif pour la suite.

Revenir en haut de la page