Fermer

Le blog

La spirale dynamique expliquée DYNAMIQUEMENT

Bonnes pratiques, le 29/01/2020

La spirale Dynamique Nelson Mandela

La spirale dynamique expliquée DYNAMIQUEMENT par deux spécialistes américains,

Natasha Todorovic et Chris Cowan, co-fondateurs de Spiral Dynamics, California !

Natasha Todorovic : La Spirale Dynamique est un processus dynamique qui se déploie et décrit comment les individus et les sociétés évoluent ou stagnent. Chacun de ces systèmes émerge si la personne a les capacités correspondantes et si ses conditions de vie le nécessitent. Clare W. Graves, le génie à l’origine des recherches et du modèle, disait qu’il s’agissait de systèmes bio-psycho-sociaux émergents.

 

Question : Et concrètement, pouvez-vous nous décrire ces systèmes ?

Chris : Pour des raisons pédagogiques et de simplification, nous avons affecté à chaque système une couleur, là où à l’origine Clare W. Graves utilisait une paire de lettres. Le premier niveau est BEIGE. À l’âge de la pierre, BEIGE représentait le fin du fin du développement. Sa seule préoccupation est pourtant la satisfaction des besoins physiologiques instinctifs, comme la recherche de nourriture ou la reproduction

Natasha : L’évolution des êtres humains est suivie rapidement d’une évolution correspondante des sociétés. Un nourrisson commence son existence par une période BEIGE. Plus tard, ces préoccupations existent toujours bien entendu, mais elles ne sont plus prioritaires dans l’existence, sauf problèmes graves. Par exemple, certaines maladies, comme celle d’Alzheimer, amènent des personnes à se comporter et à réagir au niveau BEIGE.

Chris : Après BEIGE, vient le monde VIOLET. La pensée est animiste. L’individu, bien qu’il n’y ait pas encore de sens réel du soi, se sacrifie aux désirs des anciens, aux ordres des ancêtres et des esprits. L’appartenance à une tribu est un moyen d’assurer sa sécurité dans un monde effrayant et rempli de pouvoirs mystérieux.

Natasha : Actuellement, c’est le monde de l’anthropologie et de l’enfance. Pourtant, les traces sont encore bien visibles aujourd’hui dans les superstitions, l’importance de la réciprocité dans les contacts, les rituels, l’importance des liens du sang. L’impact de ce niveau est bien souvent sous-estimé, notamment dans le contexte de la mondialisation et des relations internationales. Le niveau suivant…

 

Question : Permettez-moi de vous interrompre. Quand et pourquoi passe-t-on d’un niveau à un autre ?

Chris : Chaque système émerge en fonction des conditions de vie auxquelles l’être humain est confronté. Il est activé pour résoudre les principaux problèmes que posent ces conditions de vie. Mais en conséquence, il les modifie. Certains de ces changements sont positifs. D’autres sont négatifs, créent de nouveaux problèmes et quand ceux-ci s’accumulent, le besoin d’un nouveau système se fait sentir.

Chris : Pour résumer, chaque niveau de la Spirale résout les problèmes posés par le niveau précédent et crée les problèmes que résoudra le niveau suivant.

 

Question : Jusqu’à ce que… ?

Natasha : Le système n’a pas de fin. Aujourd’hui, huit niveaux ont émergé. Quand l’être humain aura pris conscience que le huitième niveau pose à son tour son lot de problèmes, comme le disait Graves, « il se mettra en route pour la quête du neuvième niveau. À chaque niveau de sa quête, il croit avoir trouvé la réponse aux problèmes de l’existence. Pourtant, à sa grande surprise, il est consterné de découvrir que la solution n’est pas celle qu’il avait trouvée. Chaque niveau le laisse déconcerté et perplexe. C’est tout simplement qu’à chaque fois qu’il a résolu un groupe de problèmes, il en trouve un nouveau à la place. Sa quête est sans fin. » La Spirale Dynamique est un système ouvert, et n’envisage pas un état final de perfection.

Chris : Parmi les problèmes posés à chaque niveau, il y a la dialectique individu-collectivité. Un niveau privilégie l’expression du soi, et le suivant au contraire sacrifie le soi aux besoins de la communauté. Trop d’individualisme pose des problèmes que l’être humain cherche à résoudre en s’intégrant dans un groupe. Au bout de quelque temps, cela crée une frustration et des difficultés, et le balancier repart dans un niveau individualiste.

 

Question : Cela implique qu’après VIOLET, nous allons trouver un niveau privilégiant le soi ?

Chris : Exact ! Après chaque couleur froide où le soi est sacrifié, vient une couleur chaude où il est exprimé. La couleur qui suit VIOLET est ROUGE.

Natasha : ROUGE, c’est le monde de l’égocentrisme impulsif, du pouvoir et de la domination. La manière naturelle de faire face à un monde imprévisible où vous découvrez pour la première fois un sens du soi et où vous êtes submergé par des émotions est d’être le plus fort et le plus solide, et d’avoir la réputation de l’être. Ceux qui sont centrés dans ce système ne ressentent pas de culpabilité, parce qu’ils n’ont pas encore développé les circuits neuronaux correspondants. Ils ne pensent pas aux conséquences et n’ont pas de vision à long terme. C’est un système qui n’est pas sensible aux punitions et qui pourtant en est presque systématiquement l’objet dans notre société. Les punitions ne font que leur confirmer l’exactitude de leur modèle du monde.

LE REEL DES GRECS

 

Question : Que se passe-t-il quand cet égocentrisme devient excessif ?

Chris : Si les capacités nécessaires sont présentes, BLEU émerge.

Question : D’un coup ?

Chris : Non, et c’est là un point important. Les travaux de Graves définissent des sous-systèmes entre deux niveaux. Le passage entre deux niveaux peut être vu comme une transition continue, mais pour que le modèle reste opérationnel, il est plus simple de parler de grandes étapes. Par exemple, ROUGE est suivi de ROUGE/bleu, puis de rouge/BLEU, avant d’arriver à BLEU proprement dit. Ces subtilités sont indispensables pour comprendre véritablement le système, mais certainement trop complexes pour une première approche comme celle d’aujourd’hui.

Natasha : Avec BLEU émergent la prise de conscience d’un temps linéaire, des préoccupations à propos de la mort, et en conséquence le besoin de donner un sens à la vie, et l’apparition de la culpabilité plutôt que seulement la honte qui était présente en ROUGE. Il y a une bonne manière, voulue par une Vérité Supérieure, de faire les choses, d’organiser le monde et la société. Cette Vérité Absolue transcendante punit et récompense. Un ordre social se crée auquel l’individu se soumet dans l’espoir d’une récompense future.

 

Question : Peut-on dire que les religions chrétiennes ou le communisme sont en BLEU ?

Chris : Un niveau de la Spirale se manifeste rarement seul, mais plutôt en combinaisons. Mais vous avez raison, ces systèmes expriment fortement BLEU. C’est l’occasion peut-être d’introduire un autre aspect du modèle. Les différents niveaux décrivent des systèmes de valeurs. Mais nous faisons la distinction notamment entre les valeurs de surface et les valeurs cachées entre les idéaux affichés et les idéologies sous-jacentes. La Spirale Dynamique décrit des systèmes de valeurs cachées, plus ou moins inconscientes. Chacun de ces systèmes peut s’exprimer par une multitude de systèmes de valeurs de surface apparemment très différents. Ainsi deux systèmes antagonistes comme le catholicisme et le communisme peuvent appartenir au même niveau de la Spirale. Un même conteneur BLEU peut accueillir des contenus différents.

 

Question: C’est clair. Donc après BLEU devrait revenir un système individualiste.

Natasha : Exact. Voici maintenant ORANGE, un niveau qui nous est familier puisqu’il domine actuellement la culture occidentale. En ORANGE, le monde est perçu comme plein de ressources et d’occasions d’atteindre le succès, d’obtenir des résultats, d’avoir de l’influence et d’atteindre l’autonomie. ORANGE recherche la productivité et prend des risques calculés. L’important est d’être un gagnant et de contrôler le changement.

Chris : On doit à ORANGE l’introduction de la rationalité, telle que nous la concevons depuis les philosophes des Lumières. Il y a plusieurs manières d’agir et d’être, mais une d’entre elles est meilleure et peut être trouvée par l’étude et la recherche. Par son fort individualisme, ORANGE apporte aussi, au moins sur le plan théorique, l’égalité des droits indépendamment de la race, de la culture ou du sexe… tant que vous êtes capable de fournir des résultats. ORANGE croit au progrès personnel et historique. De tous les niveaux identifiés à ce jour, ORANGE est de loin le plus matérialiste, et donc c’est dans ce domaine que son influence sur le monde a été la plus considérable, par exemple au niveau de notre confort quotidien, de l’agriculture, du transport, de la globalisation et de l’échange d’informations.

 

Question : Individualisme et matérialisme, cela fait un monde un peu limité, non ?

Chris : C’est justement cette constatation qui provoque l’émergence du niveau suivant, VERT. En VERT, l’attention se porte vers ceux qui ont été exclus par ORANGE et aboutit à un retour du sens collectif. Il devient important de prendre en compte les besoins humains, d’appartenir à une ou des communautés, de vivre en harmonie et de rechercher le consensus.

Natasha : La pensée est relativiste et se focalise sur les gens, l’humain, les besoins environnementaux et l’interdépendance du vivant. Les idées sont étudiées dans leur contexte. Tous les membres du groupe sont écoutés, et leurs choix sont respectés, autant que cela est possible. Le fonctionnement devient plus intuitif. L’égalité et l’équilibre de la vie sont souvent des valeurs centrales. Une responsabilité collective sur le fonctionnement du monde commence à apparaître, ainsi que le doute et l’ambiguïté.

 

Question : Il me semble que ce sont des valeurs qui jouent un rôle de plus en plus important.

Natasha : Oui, c’est actuellement le système émergent dans la culture occidentale et qui commence à avoir un impact non négligeable, notamment dans certaines parties des pays d’Europe du Nord : VERT est certainement plus présent au Danemark ou en Suède qu’aux États-Unis.

Chris : Bien que le plus souvent, VERT commence juste à apparaître, il existe deux autres systèmes, tous deux marginaux. On les trouve présents chez des individus, ou dans des petits groupes ou organisations, mais ils ne dominent encore la culture d’aucun pays. D’une certaine façon, ces deux systèmes semblent répéter les deux premiers systèmes de la Spirale, mais à un niveau plus élevé. Le premier, JAUNE, est caractérisé par une réduction notable de la compulsivité et de la peur qui étaient des moteurs des six premiers niveaux.

 

Question : Pourriez-vous préciser ces peurs ? Il me semble qu’elles n’ont pas été mentionnées explicitement, et cela nous permettra de faire un bilan des six premiers niveaux.

Natasha : En BEIGE, la peur dominante est la peur naturelle et instinctive, comme la peur des bruits violents ou des hauteurs ; c’est un programme utile pour échapper aux tigres à dents de sabre et à toutes les créatures ayant des mâchoires et des crocs, et pour ne pas tomber d’une falaise. En VIOLET, les peurs dominantes sont celles des esprits diaboliques, des malédictions, de la colère des ancêtres et de la transgression des tabous.

En ROUGE, la peur n’est pas reconnue, mais les personnes fortes sont respectées et la honte est redoutée.

En BLEU, on peut avoir peur d’être victime de ROUGE, ou peur du chaos social. Des préoccupations concernant le péché et le mal, la mort et la punition deviennent prioritaires.

ORANGE peut avoir peur de l’échec, de la ruine financière, de la dégradation de son image, de laisser passer des occasions ou de perdre le contrôle.

VERT peut avoir peur d’être rejeté, de ne pas être aimé des autres, de perdre sa liberté ou d’être désapprouvé socialement pour avoir blessé les sentiments des autres.

 

Question : Et donc après VERT, la peur n’existe plus ?

Natasha : Si bien sûr ! Mais elle n’est plus le mécanisme fondamental de réaction au monde. L’attention se focalise sur des problèmes d’existence, plutôt que de survie. On peut être concerné par la peur, mais ce n’est plus un élément-clé invalidant.

 

Question : Vous aviez parlé de deux caractéristiques des niveaux de la deuxième boucle qui commence après VERT.

Chris : Précisons bien que puisque nous ne connaissons à ce jour que deux niveaux après VERT, la deuxième boucle, la répétition des six premiers systèmes, n’est qu’une hypothèse, fascinante certes, mais une hypothèse. Ceci dit, la deuxième caractéristique qui semble commune est que peu à peu se met en place une conscience globale de l’apport des différents niveaux de la Spirale, du besoin de connecter les forces intérieures et extérieures, d’accepter simultanément l’ordre et le chaos. Graves disait qu’il s’agissait d’utiliser mieux le cerveau déjà présent.

 

Question : Comment cela se manifeste-t-il ?

Natasha : Vient un temps où l’individualité, sacrifiée en VERT, fait son retour. Les valeurs collectives gardent leur sens, mais le groupe n’est plus une fin en soi. JAUNE apparaît et est aussi un système relativiste et prenant en compte les situations et leur interdépendance. En JAUNE, l’individu considère que le monde est en danger et que le changement, ou l’absence de changement, ne peut pas être considéré comme la norme. En conséquence, le chaos et l’incertitude sont inévitables, et l’ambiguïté est une façon de vivre parfaitement acceptable.

JAUNE aborde ce monde avec une pensée systémique. Il note les interdépendances et accepte avec flexibilité les différences et les flux. Plus importante que l’idée d’intégration est celle de différenciation. Il n’y a pas de besoin ou de compulsion à terminer ; comprendre est la clé. Ceux qui sont dans ce système privilégient le fait d’être fonctionnel et n’aiment pas ce qui ne l’est pas. Souvent, JAUNE n’aime pas non plus l’autoritarisme et la compétition, et quand il y est confronté, il quitte la scène s’il ne peut pas les changer.

 

Question : L’alternance individu-collectivité continue-t-elle après JAUNE ?

Natasha : Il semble que oui. Après JAUNE vient TURQUOISE. Mais JAUNE est déjà très rare. Sans doute pas plus d’un pour cent de la population mondiale accède régulièrement à ce niveau. TURQUOISE est encore plus difficile à trouver. Graves pensait avoir quelques cas, et nous-mêmes n’en avons rencontré aucun au cours de nos recherches. La description actuelle de TURQUOISE est donc très imprécise devra être affinée et complétée au fur et à mesure de l’émergence de ce niveau.

Chris : Nous avons là l’exemple d’un domaine où la différence entre valeurs de surface et valeurs cachées est fondamentale. Ce besoin de préserver toute vie va bien au-delà du discours sur le bien commun parfois tenu en ORANGE, ou de la notion de communauté élargie fréquente en VERT, voire des connexions aux éléments présentes en VIOLET. Nous en avons déjà parlé, mais j’insiste car c’est un des points essentiels pour comprendre vraiment le modèle.

 

Question : Un des points ? Vous pouvez nous donner les autres ?

Chris : Il importe de comprendre qu’il n’y a pas de niveau meilleur qu’un autre. Un niveau est bon s’il permet à la personne d’être adaptée à ses conditions de vie. C’est tout. Il n’y a aucune raison de vouloir changer de niveau pour le plaisir de changer.

Ceci est une vision du monde ORANGE, centrée sur l’idée de progrès, et qui entre volontiers en compétition pour être au plus haut niveau possible de la Spirale. Notamment, il est certain qu’on n’est pas plus intelligent quand on accède à un niveau ou à un autre.

Natasha : Nous avons aussi déjà mentionné que la Spirale Dynamique n’est pas une typologie. Personne n’est JAUNE ou BLEU. Une personne, à un moment donné de sa vie, dans un contexte donné, manifeste un ou plusieurs niveaux. Ce sont cette dynamique et cette complexité qui font la richesse du modèle de Graves : des systèmes à l’intérieur des personnes, plutôt que des types de personnalité.

Revenir en haut de la page