Fermer

Le blog

La classe inversée : Comment redonner du sens à l’apprentissage ?

Bonnes pratiques, le 17/11/2016

Classe traditionnelle

Dans le modèle pédagogique traditionnel, le temps de classe est centré sur l’enseignant qui transmet son savoir à des élèves, bien trop souvent spectateurs de leur apprentissage, coincés dans une posture relativement passive et laissant généralement peu de place à la participation. L’apprentissage est dispensé à une classe dans son ensemble, et non à chaque élève individuellement, oubliant donc le principe même de la différenciation pédagogique.

A la fin de son cours, l’enseignant donne à ses élèves des exercices pratiques à réaliser en dehors du cadre scolaire.

Classe inversée

De plus en plus répandu et médiatisé à l’ère du numérique, de l’Internet et du multimédia, le concept de «flipped classroom» ou classe inversée, est une approche pédagogique qui a pour but d’inverser les rôles traditionnels d’apprentissage.

« La classe inversée, c’est le fait de sortir du cours les activités qui demandent moins d’interaction avec l’enseignant pour pouvoir consacrer plus de temps en classe aux activités complexes ou qui demandent plus d’interaction avec l’enseignant. » Héloise DUFOUR, docteur en neurobiologie et enseignante

Le temps d’écoute se fait alors à la maison à l’aide de diverses ressources (capsules vidéos, documents, livres…) préalablement préparées et mises à disposition par l’enseignant. Afin de s’assurer que l’étudiant a bien pris connaissance de la matière, et également dans le but d’appréhender le degré de compréhension de chacun, des tâches complémentaires peuvent être demandées : un résumé des contenus, un questionnaire de compréhension, des exercices interactifs…

De retour en classe, l’apprentissage est consacré à la réalisation d’exercices (d’application, de consolidation, de compréhension) au rythme de chacun, à la collaboration entre les élèves, à des tâches complexes par groupes…

Il donne ainsi à l’élève un rôle plus actif, lui permettant de partir à la recherche du savoir et de devenir ainsi acteur de son apprentissage.
Dans le même temps, l’enseignant exerce un rôle de tuteur dont les missions principales sont basées sur le soutien et l’accompagnement individualisé en fonction du niveau et des compétences de chacun.

La classe inversée ne cherche pas à transformer les méthodes d’enseignement, mais plutôt à utiliser des stratégies conventionnelles dans un contexte différent afin de redonner du sens à l’apprentissage. On passe d’un modèle centré sur le professeur à un modèle centré sur l’élève.

Les bénéfices de la classe inversée

L’idée de vouloir dynamiser le temps de classe n’est pas nouvelle. Le concept d’enseignement s’appuie sur des pratiques pédagogiques anciennes, mais l’innovation réside dans l’utilisation des outils numériques qui facilitent la mise en oeuvre de processus d’apprentissage actifs, participatifs et collaboratifs.

L’américain Salman Khan a favorisé la montée en puissance de cette approche en créant, en 2009, son propre site éducatif, la Khan Academy , qui dispose aujourd’hui d’une banque de données très variée de plus de 4500 vidéos permettant aux élèves d’apprendre gratuitement, à leur rythme, au sein et hors de la classe.

Les avis des professionnels de l’éducation, qui ont déjà expérimenté la classe inversée, sont unanimes :

La classe inversée développe l’autonomie et la responsabilité de l’élève. Ce dernier apprend à son rythme : il peut visualiser les ressources mises à sa disposition n’importe où et n’importe quand, mettre en pause une vidéo ou la consulter plusieurs fois. Il est incité à aller chercher l’information par lui-même sans solliciter l’aide systématique de l’enseignant.

Une approche basée sur la différentiation pédagogique. Le temps libéré en classe permet à l’enseignant d’accompagner les élèves individuellement selon leur niveau et leurs connaissances. La mise en place de questionnaires de compréhension, auxquels l’élève aura préalablement répondu à la maison, va permettre à l’enseignant d’analyser la participation, d’organiser les activités de classe par groupes, et de suivre la progression.

Plus de collaboration et d’entraide entre élèves. L’élève a la possibilité de communiquer en ligne avec ses camarades ou ses professeurs (forum ou e-mail…) pour vérifier la bonne compréhension des notions abordées et développe ainsi ses facultés de communication en classe. Par ailleurs, les ateliers au sein de la classe permettent aux élèves d’échanger, de mutualiser leurs connaissances et leurs compétences, mais peuvent également permettre d’instaurer un système de tutorat entre élèves, supervisé par l’enseignant.

Plus grande implication de l’apprenant. Certains enseignants vont même plus loin en proposant à leurs élèves de créer eux-mêmes les capsules vidéo leur permettant ainsi de devenir acteur de leur apprentissage. L’élève peut ainsi s’approprier les outils du numérique, et dans le même temps définir le contenu de l’apprentissage.

La classe inversée comme stratégie de formation en entreprise. La classe inversée est très facilement applicable au monde de l’entreprise. D’ailleurs, le blended-learning, dans le cadre de la formation continue, intègre déjà parfaitement cette stratégie pédagogique mixant moments présentiels et à distance. En amont, les apprenants découvrent, chez eux, les cours et notions clés grâce à une plateforme d’apprentissage riche en fonctionnalités et outils pédagogiques. Puis, en aval, des ateliers présentiels sont mis en place pour réaliser des travaux pratiques, échanger, effectuer des simulations et jeux de rôles…

Le New York Times a publié une étude qui indique que cette approche pédagogique est aujourd’hui plus efficace que le 100% présentiel.

Revenir en haut de la page